Princé et les Iles enchantées, un voyage chez les nymphes !


La visite commentée du site de Princé, en Chéméré, fut l’occasion pour la conférencière Véronique Mathot de nous conter l’histoire des jardins et des parcs paysagers à l’époque de la Renaissance, lorsque les Gondy demeuraient en pays de Retz. Après le parc à l’anglaise du Bois-Rouaud, c’est à une somptueuse évocation du Baroque que nous étions invités, ce samedi 11 juin.


Le château de Princé, l’une des demeures des sires de Rais et de Gilles de Rais en particulier, délaissa au début du XVII° siècle son allure médiévale, pour se parer des beautés architecturales et pastorales de la Renaissance. C’est Henry de Gondy, le cousin du cardinal de Retz, qui fait dessiner les jardins et les plans d’eau de Princé, là où le poète Saint-Amand aima venir se reposer au doux bruissement des eaux attiédies des jardins d’Arcadie. Le bassin des nymphes de Princé semble envoûtant, avec ses degrés taillés dans la pierre, paré de buis centenaires.

Les Iles enchantées nous paraissent, à côté du château, bien mystérieuses. A l’origine dessinées dans une clairière, les voici aujourd’hui envahies par les arbres séculaires alors que la forêt qui les enserrait est entièrement disparue, laissant la place à des blés mûrissants. Il s’agit d’un véritable espace artificialisé que Véronique Mathot nous déchiffra, forte d’une profonde culture des jardins et des représentations symboliques de cette époque. Lorsque l’on sait que "la Princesse de Clèves" est inspirée d’une proche d’Henry de Gondy, comment ne pas prendre la mesure, dans ces lieux enchanteurs, à la fois de la grandeur d’âme et des turpitudes de toutes passions humaines ? Voilà ce qu’il nous fut donné d’entendre à l’écoute de cette évocation paysagère si bien troussée par Véronique Mathot.

Pour consulter le plan du domaine...

Télécharger le fichier mp4

Ajouter un commentaire