Paul Perret et Les Demoiselles de Liré

mardi 5 février 2013, par Patrice Pipaud


La conférence consacrée à Paul Perret, écrivain oublié du Pays de Retz a donnée lieu à de nombreuses questions parmi lesquelles une interrogation sur les motivations d’un éditeur russe pour la traduction et la publication dans cette langue du roman "Les Demoiselles de Liré". En essayant de répondre à cette question, je propose de revenir sur la genèse d’une œuvre dont le décor doit beaucoup aux paysages de notre Pays de Retz.


La tentative de soulèvement vendéen du printemps 1832, l’arrestation à Nantes de son inspiratrice, la duchesse de Berry en novembre de la même année, ont marqué les esprits en Pays de Retz. Dans son ouvrage Châteaux et manoirs en Pays de Retz (Siloë 1995) Emile Boutin évoque les souvenirs de son grand-père qui affirmait le passage de Madame au Bourg des Moutiers et sa traversée du ruisseau de Port-Royal sur les épaules d’un ardent légitimiste. Le porteur ne pouvait se méprendre sur l’identité de la princesse : « Madame louchait et avait un œil vers Nantes et l’autre vers Challans. » Afin d’égarer la police de Louis-Philippe, les partisans de « Petit-Pierre », ainsi appelait-on Madame habillée en jeune homme, avaient en réalité infiltré dans le pays un sosie de Petit-Pierre. Ceux que l’on appelait encore les Bleus en souvenir de la « Grande guerre » investirent sans succès les châteaux du Bas Pays de Retz : Parmi ceux-ci, celui de la Jarrie appartenant à la famille du Tressay de la Sicaudais et celui de la Gressière, près du village de la Bernerie que possédait Louis Charrette de Boisfoucault. De nombreux historiens se sont penchés sur la tentative légitimiste de 1832. Le journalise Alfred Nettement est le premier en 1837, suivi d’Imbert de Saint-Amand dans les années 1860-1890. Bien d’autres vont leur succéder jusqu’aux ouvrages majeurs de Thérèse Rouchette, La Folle équipée de la duchesse de Berry (Centre vendéen de recherches historiques 2004) et de Jean-Noël Brégeon, La duchesse de Berry (Tallandier 2009). La Vendée de 1793 comme celle de 1832 a moins inspiré les romanciers ...

La suite à lire sur le blog Histoire et histoires

Ajouter un commentaire