Les journées du patrimoine 2014 en pays de Retz

dimanche 31 août 2014, par La Rédaction

« Patrimoine culturel, patrimoine naturel »

les 20 et 21 septembre 2014

(Mise à jour le 17 septembre)


Voici la présentation institutionnelle faite de ces deux journées :

« Associer le patrimoine naturel au patrimoine culturel, c’est mettre en valeur le lien qui unit le patrimoine sous toutes ses formes et son environnement immédiat, c’est aussi accepter que la nature soit désormais non plus un simple écrin mais un élément à part entière de la préservation du cadre de vie bâti et paysager.

C’est également postuler que le paysage est un creuset de l’histoire et qu’à ce titre il est dépositaire de mémoire et doit faire l’objet des mêmes attentions de protection, de valorisation et de restauration que les lieux patrimoniaux.

C’est enfin reconnaître que s’exercent entre patrimoines naturel et culturel des relations d’interaction et d’interdépendance depuis la nuit des temps, des premières grottes ornées jusqu’aux ruines végétalisées. »

Parmi les animations proposées pour la Loire-Atlantique, voici ce qui est mentionné pour le pays de Retz sur le site des journées du patrimoine :

Rezé

  • CHAPELLE SAINT-LUPIEN : SITE ARCHÉOLOGIQUE

rue Saint Lupien

Parking Saint-Lupien, bus TAN ligne 30 arrêt Le Corbusier ou ligne 97 arrêt Clos Bonnet accès par la rue St Lpien pour cause de fouilles archéologique

    • « Le port gallo-romain : actualité des fouilles » et « Chantier du Centre d’Interprétation et d’Animation du Patrimoine » : sam 14:00-18:00 dim 10:00-18:00
    • Atelier sur la céramique antique : sam 14:00-18:00 dim 10:00-18:00
  • L’UNITÉ D’HABITATION DE LE CORBUSIER DITE LA MAISON RADIEUSE

boulevard le Corbusier

tramway ligne 3 arrêt Espace Diderot

Unité d’habitation collective réalisée par le Corbusier en 1955. L’appellation « Maison Radieuse » a été proposée par les habitants eux-mêmes à l’inauguration en 1955. Dès les années 20, Le Corbusier milite pour l’architecture nouvelle, la « machine à habiter », apte à satisfaire l’hygiénisme ambiant (le soleil, l’espace, la verdure...) ; il élargit ses vues à l’urbanisme, la « Ville Radieuse » (1935), la « Charte d’Athènes » (1943) qui prépare une reconstruction ambitieuse après les ravages de la 2nde Guerre. C’est le cas de Nantes (40% de maisons touchées, la misère). Gabriel Chéreau, avocat nantais, ami du Corbu, trace un plan de reconstruction de la ville totalement repensé selon les principes du Corbu (séparer l’habitat des activités à nuisances industrielles ou de circulations... et en fonction des vocations de la ville-port). En fait, c’est l’architecte de la Ville, Roux-Spitz, beaucoup plus pragmatique, (de la Charte aux réalités, il y a un monde) qui l’emporte dans les plans de reconstruction.

À défaut, le Corbu et Chéreau lancent l’expérimentation de leur projet à travers des opérations ponctuelles, les "Unités d’Habitation". Marseille est la 1re création permise par d’abondants crédits d’État. Tandis qu’à Rezé, Chéreau, par le biais d’une petite sté d’HLM, la Maison Familiale, lance un autre défi : construire une unité d’habitation à coûts HLM (40% moins cher que celui de Marseille, mais le bâtiment perd 7 m en largeur, le béton sera brut, les rues intérieures commerçantes disparaitront...). Construction en 18 mois et dans l’enthousiasme cependant, d’un bâtiment sur pilotis (immeuble soumis, avec ses 51 m de haut, à la législation Immeuble de Grande Hauteur...), comprenant 294 appartements en duplex orientés soleils levant et couchant ; doubles vitrages, ventilations mécaniques, pare-soleils, palettes de couleurs vives imposées, mobiliers industrialisés dessinés avec soin ainsi qu’une école maternelle sur le toit-terrasse réalisée à la demande de la municipalité.

    • Visite commentée par les habitants mais circuit libre. Visite uniquement ce jour-là de l’école maternelle sur le toit et appartements privés : dim 10:00-12:00 et 14:00-16:00
  • ILETTE, COULÉE VERTE - RUISSEAU DE LA SÈVRE

Centre socioculturel Jaunais-Blordière, chemin bleu

    • Balade découverte de l’Ilette (durée 2h30, prévoir chaussures de marche. Retour assuré en minibus) : dim 10:00, départ du centre socioculturel.

Bouaye

  • PARC DE LA MEVEILLÈRE

Visite guidée : sam

Port-Saint-Père

  • CHÂTEAU DE GRANDVILLE

Rue de Grandville

    • Visite des extérieurs, parcours fléché (1€) : sam 10:00-12:00 et 14:00-18:00 dim 14:00-18:00

Préfailles

  • SÉMAPHORE DE LA POINTE SAINT-GILDAS

Pointe Saint-Gildas, rue du Sémaphore

Autrefois lieu d’observation de l’océan, le sémaphore est une fenêtre sur cet environnement maritime. Depuis 1954, il reste toujours géré par l’administration des phares et balises de Saint-Nazaire. Aujourd’hui musée, le phare reste en service.

    • Visite guidée exceptionnelle : sam & dim 11:00 et 14:30
    • Visite libre : sam & dim 10:00-13:00 et 14:30-18:00

Sainte-Pazanne

  • ÉGLISE NOTRE-DAME

Édifice rural néo-gothique, réalisé par les architectes René Menard (1877-1881), puis Langarcy et Libaudière (1895-1898). Cette église présente un caractère très complet du programme architectural et décoratif (sculpture monumentale, vitraux).

Rue de l’Hôtel de Ville

    • Visite du bourg et de ses bâtiments remarquables : dim 10:00 et 12:00
    • Visite libre ou guidée : sam 15:00-18:00
    • Visite guidée : dim 15:00

Programme particulier aux Moutiers Présentation des lieux ouverts aux visites

Programme particulier du Pays de Grandlieu Machecoul Logne

Programme particulier à Saint-Père-en-Retz

Programme particulier à Saint-Viaud

Programme particulier à Indre

« Associer dans un même intitulé patrimoine culturel et patrimoine naturel, c’est évoquer les liens qui unissent définitivement le patrimoine sous toutes ses formes à l’environnement – minéral, végétal, urbain, littoral ou champêtre – qui le côtoie, l’abrite ou le sublime. Les deux notions sont étroitement imbriquées.

C’est également reconnaître une définition plus large de la notion stricto sensu d’objet patrimonial en l’ouvrant à celle de site ou de paysage.

Celle donnée par l’UNESCO du paysage culturel dès la Convention de 1972 évoque ce patrimoine mixte, composé d’« œuvres conjuguées de l’être humain et de la nature », qui expriment « une longue et intime relation des peuples avec leur environnement ».

Elle illustre le dialogue évident qui se noue depuis des siècles entre les activités/créations de l’homme et son environnement naturel, entre les monuments (œuvres architecturales, sculptures, peintures, structures ou éléments archéologiques, grottes, etc.) et les sites ou zones naturelles (monuments naturels, formations géologiques et géomorphologiques, éléments fossiles, etc.).

Le thème « Patrimoine culturel, patrimoine naturel » s’inscrit dans la continuité d’un siècle de protection dont l’une des évolutions capitales réside dans l’extension du champ patrimonial. La notion de « patrimoine » n’a aujourd’hui plus la même définition, ni le même champ d’action. La conscience de sa diversité comme de sa valeur citoyenne, économique et sociale a inévitablement modifié sa perception auprès du public mais aussi les actions pour sa protection, sa conservation ou sa mise en valeur, ainsi que sa gestion par les pouvoirs publics.

« Patrimoine culturel, patrimoine naturel » place le patrimoine au cœur d’un spectre allant du monument historique aux espaces protégés, en prenant en compte les vastes domaines et espaces naturels abritant du patrimoine, ou encore les éléments naturels eux-mêmes faisant véritablement patrimoine.

Ce thème est une invitation à l’échange d’idées, au jeu et au croisement des regards et des métiers. Il permet de mettre en lumière certains enjeux cruciaux pour l’avenir en matière culturelle, sociale et environnementale. »

Ajouter un commentaire