Recherche dans les registres paroissiaux. Extrait du Bulletin N°3 des Echos de mémoire. Recherche de Joseph Guillet.


Avant 1793, l’état civil était tenu par les curés des paroisses qui inscrivaient sur des registres, conservés en double exemplaire, les baptêmes, les mariages et les sépultures. A Saint-Léger, les registres paroissiaux couvrent la période 1668-1792 avec des lacunes, 1694-1695, 1716, 1724 à 1726, qui empêchent malheureusement d’établir certaines filiations.
Ces registres sont consultables soit sur ordinateur aux Archives départementales de Nantes(1) soit sur microfilms au centre généalogique de l’Ouest (2 place de la République - 44200 Nantes).
Parmi les patronymes les plus nombreux rencontrés dans ces registres, figurent ceux de BERTET et de BRETET. Ces deux noms ne peuvent être dissociés car il est fréquent de trouver les deux pour un même individu. On peut penser que le premier patronyme est BRETET dont l’origine peut être recherchée dans Bretagne et Breton ; d’ailleurs c’est celui-ci qui est le plus fréquent à la fin du XVII° siècle ; mais au cours du XVIII° siècle, il se produit une inversion de deux lettres (ce que les linguistes appellent une métathèse) et BRETET devient BERTET que l’on retrouve alors de plus en plus fréquemment. Les BRETET ou BERTET que l’on rencontre à Saint-Léger se trouvent pour la plupart être des descendants du couple BRETET Jan - HUCHET Renée. Ce couple marié avant 1668 réside d’abord à Bouaye où naissent trois enfants : Michel (1655), Janne (1659), Denys (1660). Puis le couple vient s’établir à Saint-Léger où naîtront entre autres : Jan (avant 1668), puis Renée (1671), Laurens (1673) et Louise (1677).

Notes

1 - (On peut aujourd’hui les consulter sur le site internet des Archives numérisées de Loire-Atlantique N.D.L.R.),

Ajouter un commentaire