Habitants du Pays de Retz à l’armée de Charette en 1794

vendredi 18 juin 2010, par Abbé Alain Chantreau


D’après le cahier de l’abbé Gillier, prêtre réfractaire à Legé.


La paroisse de Legé possède un document d’un grand intérêt sur les événements dont elle fut le théâtre au cours de la guerre de Vendée. Ce document, communément appelé « Le cahier de l’abbé Gillier », est constitué par les registres paroissiaux tenus clandestinement de juillet 1791 à janvier 1803 par un vicaire de Legé, prêtre réfractaire, l’abbé Michel Gillier.

En plus des actes paroissiaux, baptêmes, mariages et sépultures, ces registres comportent de nombreux renseignements à caractère historique : listes de ceux qui furent tués au combat et des personnes massacrées, notes marginales sur les événements.

De mai à décembre 1794, l’on voit apparaître sur ces registres un nombre relativement important de noms de personnes originaires de paroisses du Pays de Retz parmi les hommes tués au combat et parmi les témoins de leur sépulture qui se trouvent être parfois des femmes.

En mai 1794, Charette avait réorganisé son armée sous forme de divisions. Il avait transporté son quartier général de Legé à Belleville. Il avait confié le commandement de la division de Legé à un jeune tisserand legéen, Louis Couvreur, qui avait toute sa confiance et dont le camp était solidement installé près du village de la Bésilière, à l’est de Legé, en direction des Lucs et de Belleville. Cette division constituait manifestement la pièce maîtresse de son dispositif stratégique.

La mention de ces habitants du Pays de Retz dans le cahier de l’abbé Gillier semble indiquer non seulement qu’un fort contingent de combattants du Pays de Retz se trouvait dans la division de Legé à la disposition de Charette, mais que des familles entières étaient venues s’installer à Legé, sans doute chassées de leurs paroisses du Pays de Retz par les Colonnes Infernales.

la première page du cahier Gillier Voici la liste des habitants du Pays de Retz dont il est fait ainsi mention dans le Cahier de l’abbé Gillier.

  • Le 8 mai 1794, sépulture de Charles Rivau, de St-Viaud, âgé d’environ quarante ans, « mort naturellement à la Bésilière ».
  • Le 16 mai 1794, sépulture de Pierre Blanchard, de la paroisse de Rouans, âgé de vingt ans, décédé la veille au village de la Retière et inhumie au cimetière de la Guichère en présence de Jean Favreau et de Martin Chauvet de la paroisse de Rouans.
  • Le 22 mai 1794, sépulture de Pierre Héry, de la paroisse de Chauvé, âgé d’environ vingt-deux ans, décédé la veillé à la Retière et inhumé au cimetière de la Guichère.
  • Le 14 juin 1794, sépulture de Jean Leduc, de la paroisse de Frossay, âgé d’environ vingt-huit ans, décédé la veille au Goupilleau et inhumé au cimetière de la Guichère.
  • Le 22 juin 1794, sépulture de Jean Potet, de Chéméré, âgé de vingt- huit ans, décédé la veille à la Gestière et inhumé en présence de Michel Potet, son père.
  • Le 18 juillet 1794, sépulture d’un nommé Gélion, âgé d’environ quarante-cinq ans, « soit-disant du village de la Drouaillière », paroisse d’Arthon, inhumé au cimetière de la Guichère en présence de Mathias Grillier et de François Lucas, de la paroisse de Rouans.
  • Le 16 septembre 1794, sépulture de Pierre Thomas, de la paroisse de Sainte-Pazanne, âgé d’environ vingt-six ans, mort la veille « des blessures reçues au combat de Freligné » inhumé en présence de Jean Praud et Gabriel Bouet, ses camarades.
  • Le 22 septembre 1794, sépulture de Jean Gauthier, de Paimboeuf, âgé d’environ vingt-cinq ans, mort à la Retière, d’une blessure reçue au combat de Fréligné, inhumé au cimetière de la Guichère, en présence de François Rousseau et de François Allaire.
  • Le 6 octobre 1794, sépulture de Joachim Sauvaitre, de la paroisse de Frossay, âgé de quarante-deux ans, mort la veille à la Bésilière et inhumé au cimetière de la Guichère en présence de Julien Monnereau et de Julien Charpentier son beau-frère.
  • Le 14 octobre 1794, sépulture de Jacques Payoleau, de la paroisse de Chauvé, âgé de dix-huit ans, mort à la Bésilière et inhumé au cimetière de la Guichère en présence de Julien Charpentier et de Pierre Chiffoleau.
  • Le 20 octobre 1794, sépulture de Renée Galaise, femme de Louis Laumonier, de Chéméré, âgée de quarante-six ans, décédée aux Dronières, inhumée au cimetière de la Guichère, en présence d’Élisabeth, sa fille.
  • Novembre 1794, mariage de Jean Miot et de Louise Gaillard, de la paroisse du Pellerin. « Les dites parties avaient déjà donné leur consentement mutuel au mariage il y a près de quatre ans, devant un prêtre intrus à la cure du Pellerin, diocèse de Nantes ».
  • Le 2 décembre 1794, sépulture de Maurice Ringard, de la paroisse de Port-St-Père, âgé de soixante et quelques années, mort la veille à la Violière, inhumé au cimetière de la Guichère, en présence de Jean Ringard, Françoise, Jeanne et Marie Ringard, ses fils et filles.

Ajouter un commentaire

historique

thématique

Support