Entrevue avec Simone Bertière

lundi 8 octobre 2012, par La Rédaction


Madame Bertière a été interviewée par l’hebdomadaire Le Courrier du Pays de Retz dans le cadre du colloque. Cet article est paru dans l’édition du 28 septembre 2012.


« Le cardinal de Retz, un grand écrivain »

Publié le 7/10/2012 à 06:01 par prot http://www.lecourrierdupaysderetz.f...

Jean-François Paul de Gondi, un cardinal qui aimait les femmes

Simone Bertière est connue pour ses ouvrages sur les reines de France. Elle a aussi écrit sur le cardinal de Retz à qui la Société des historiens du Pays de Retz vient de consacrer un colloque à Machecoul. Colloque dont Simone Bertière était l’invitée-vedette. Interview.

• Qui était le cardinal de Retz ? Simone Bertière : « Jean-François Paul de Gondi appartenait à une famille d’origine italienne d’assez bon rang mais pas de très haut rang. Elle a gravi les échelons de la société grâce à Catherine de Médicis. En héritage, elle a obtenu la baronnie de Retz devenue un duché par les faveurs justement de Catherine de Médicis. Jean-François Paul de Gondi était le cadet d’une branche cadette, autrement dit il n’avait pas grand avenir dans la France du XVIIe siècle. Une carrière dans l’Eglise lui était imposée. Or s’il n’était pas mécréant, il ne voulait pas être prêtre pour deux raisons. Il voulait s’illustrer sur les champs de bataille par goût du combat et de la gloire et il était incapable de respecter le vœu de chasteté. Il aimait trop les femmes. Pourtant à la mort de Louis XIII, il s’est résigné à rentrer dans les ordres. Il accepte en pensant que cette vocation forcée va lui ouvrir la voie vers des responsabilités politiques. Son modèle, c’est Richelieu, cardinal et Premier ministre ».

• Mais ses ambitions ne seront jamais satisfaites… « Non car la reine va choisir Mazarin. Ce qui lui barre la route vers le ministère dont il rêve. Il passe alors dans l’opposition. En 1648, la guerre contre l’Espagne génère une hausse des impôts. Il faut chasser Mazarin, la bête noire. Eclate une révolte anti-fiscale : la Fronde. Le cardinal de Retz sera l’un des meneurs pendant les barricades et la guerre de Paris. Mais après des péripéties multiples et variées, Mazarin et la reine remportent la victoire. Le cardinal est emprisonné à Vincennes puis au château de Nantes dont il va s’évader pour gagner Rome et tenter d’obtenir les faveurs du pape. Pendant un certain nombre d’années, il va errer en Europe du Nord. A la mort de Mazarin, il demande à revenir en France. C’est accepté. Il n’a plus un sou. Il finira sa vie à Commercy en Lorraine où il écrira ses fameux mémoires de 1675 au début de 1677. Il mourra deux ans plus tard, à l’âge de 66 ans ».

• Que faut-il retenir de lui ? « Le cardinal de Retz restera comme l’un des grands vaincus de la Fronde. Mais ce n’est pas son rôle historique qui est important (la Fronde n’intéresse que les spécialistes). Ce qui est admirable chez lui, ce sont ses Mémoires. C’est une plume éblouissante, pleine d’humour. Il exorcise son échec de manière comique. C’est vraiment un grand écrivain. Ses Mémoires, publiés pour la première fois au début du XVIIIe siècle en Hollande, ont connu un succès de scandale car tous les dessous du milieu du XVIIe étaient révélés ainsi que ses propres aventures qui ne manquaient pas de piquant. Un archevêque de Paris avec des maîtresses, c’est croustillant ! »

• Son lien avec le Pays de Retz ? « Le Pays de Retz était l’ancrage territorial de la famille. Et cette notion était très importante à l’époque. D’où le fait qu’il se fasse nommer, quand il est entré dans les ordres, abbé de Retz puis par la suite cardinal de Retz. Mais en fait, il a très peu fréquenté le Pays de Retz. Le territoire appartenait à son frère aîné avec qui il ne s’entendait pas très bien. Il y est venu tout de même pour son mariage puis une autre fois, après sa fuite du château de Nantes. Il avait fait une chute de cheval et sa famille s’est trouvée obligée de l’héberger. Mais son séjour a été aussi court que possible… »

Propos recueillis par Frédéric Prot

Simone Bertière est l'auteur d'une biographie sur le cardinal de Retz

Ajouter un commentaire