Conférence musicale "Paul Ladmirault (1877-1944), un compositeur à redécouvrir, sa vie, son oeuvre..."

mercredi 10 janvier 2018, par L’antenne de Machecoul


Animée par Paolig Ladmirault, petit-fils de l’artiste, le vendredi 26 janvier 2018 à 20h30 à Machecoul


Entrée libre dans la limite des places disponibles. Contact : Emmanuel Leduc 02 40 31 41 10

Paul Ladmirault est un compositeur méconnu, même si à Nantes une place du quartier Graslin porte son nom. A Machecoul, combien de personnes savent qu’il était marié à une Machecoulaise ?

Ce manque de notoriété a commencé de son vivant, avec son choix de quitter la vie parisienne après la 1ère guerre mondiale. Depuis sa mort, il est dans un relatif oubli. A certaines occasions, quelques œuvres sont jouées. En 1998, lors d’un concert, Tri Yann et l’ONPL ont interprété La Brière.

Les « Amis de Paul Ladmirault » font connaître sa vie et son œuvre, dont Paolig Ladmirault, son petit-fils. Il est l’invité de Machecoul Histoire, le vendredi 26 janvier à 20h30, à l’Auditoire de Machecoul, pour une conférence musicale. C’est l’occasion pour les amateurs d’histoire et de musique de rendre hommage au compositeur breton et de découvrir ou de réentendre plusieurs de ses œuvres.

Paul Ladmirault (1877-1944), un compositeur breton à redécouvrir

Les premières années

-  Né à Nantes le 8 décembre 1877
-  Enfant prodige : il apprend tôt le piano, le violon et l’orgue
-  A 11 ans, il compose une sonate pour piano et violon
-  A 15 ans, alors qu’il est élève au Grand Lycée de Nantes (futur Lycée Clémenceau), il compose son premier opéra « Gilles de Retz »
-  Etudes au Conservatoire de Nantes.
-  Admis en 1895 au Conservatoire de Paris, il entre en 1897 dans la classe de Gabriel Fauré, où il a Maurice Ravel comme condisciple.
-  En 1904, Paul épouse Charlotte de St Quentin, native de Machecoul.

Son œuvre d’avant-guerre

Presque toute sa musique est empreinte de son attachement à la terre bretonne.
-  1903 : La Suite bretonne ; pièces de piano à deux et quatre mains ; arrangements de chants populaires bretons.
-  1909 : Brocéliande au matin, représentée au Châtelet à Paris
-  1909 :Rhapsodie gaélique

Au retour de la guerre de 1914-1918, pendant laquelle il a été mobilisé, il quitte Paris pour vivre désormais entre Nantes et son manoir familial du Morbihan. Il est nommé professeur au Conservatoire de Nantes. Il poursuit sa carrière de compositeur éclectique. Fondateur en 1929 du Cercle celtique de Nantes dont il dirige la chorale, il est un militant de l’autonomie culturelle de la Bretagne.

Son oeuvre d’après-guerre

-  1925 : composition de la musique du film La Brière.
-  1926 : création à l’Opéra de Paris du ballet « La prêtresse de Korydwen », dont la musique avait été composée en 1917
-  1932 : L’orchestre symphonique de Paris joue « En forêt »

Une fin de carrière intimiste

Fuyant la célébrité, Paul Ladmirault continue à composer, inspiré par le celtisme et la nature, dont un Quatuor à cordes en 1933. Il se tourne aussi vers la musique de chambre, « toujours à la recherche de son idéal de clarté et de concision ». Il compose quantités de sonates : sonate pour violon et piano, sonate pour violoncelle et piano. En 1942, il dédie à deux de ses collègues du Conservatoire de Nantes, la sonate pour clarinette et piano.

Le 30 octobre 1944, il meurt dans sa demeure familiale de Kerbili, à Camoël (Morbihan).

----------- ------------------

Ajouter un commentaire