Compte rendu du colloque dans la presse

lundi 8 octobre 2012, par La Rédaction


Un article de Ouest France évoque la venue de Madame Bertière le samedi 29 septembre dernier.


Ouest France

Le cardinal de Retz est passé dans le Pays de Retz

Machecoul

lundi 01 octobre 2012

http://www.ouest-france.fr/actu/act...

Dans son livre, Simone Bertière évoque les relations tantôt amicales, tantôt orageuses, entre Condé et le Cardinal de Retz pendant la Fronde.

Madame Bertière en séance de dédicace

Samedi 29 septembre, le colloque organisé à Machecoul par les Historiens du Pays de Retz a plongé une cinquantaine de passionnés dans les intrigues et les conflits du XVIIe siècle. Un personnage hors du commun, le Cardinal de Retz, (1613-1679) a été le fil rouge de différents exposés très pointus.

Mêlé à la Fronde et aux querelles religieuses et politiques de l’époque, Jean François Paul de Gondy devenu le Cardinal de Retz est aussi l’écrivain de Mémoires, « un ouvrage irrévérencieux à l’humour décapant » selon les termes de Simone Bertière, auteur de la biographie La Vie du Cardinal de Retz.

Pour l’histoire locale, on retiendra ses relations avec le prieur de l’abbaye de Buzay, qu’il conseillait. En 1651, à la suite de son oncle Jean-François de Gondy, il devient l’abbé commendataire de l’abbaye Notre-Dame-de-la-Chaume à Machecoul. En 1652, il est arrêté et emprisonné sur ordre du roi Louis XIV pour son engagement dans la Fronde. Assigné à résidence dans le château des ducs à Nantes, son évasion est digne d’une histoire de cape et d’épée.

Il s’échappe grâce à une corde qu’il avait dissimulée sous son vêtement. Il trouve refuge au château de Machecoul, fief de la famille de Gondy. Il prend un bateau à Port la Roche, hameau situé dans le marais Breton. Il rejoint le port du Collet et réussit ainsi à quitter le continent pour trouver refuge à Belle-Île-en-Mer, en attendant des jours meilleurs.

Pour Simone Bertière, « la vie mouvementée de ce prélat anticonformiste est passionnante comme un roman, Si on le replace dans son époque et dans son milieu, celui qu’on a dépeint comme un personnage sans scrupules laisse apparaître une personnalité plus complexe, plus nuancée et plus riche. »

Agrégée de lettres classiques, maître de conférence honoraire de littérature comparée à l’Université Bordeaux II, Simone Bertière a également écrit une série de livres sur les reines de France.

Ajouter un commentaire