Le congrès de la SHAB vient de se terminer ce samedi 8 septembre. Nous avons pu lors de ces trois jours, bénéficier de communications de qualité sur des sujets tant d’intérêt local que d’études sur des problématiques vécues en Bretagne.


Ainsi en ce qui nous est proche géographiquement, le professeur Martial Monteil a fait le point sur le maillage des villes du nord de la cité des Pictons couvrant la Loire-Atlantique, le Maine et Loire et la Vendée et le professeur Jean-Luc Sarrazin sur le paysage portuaire de la Baie à la fin du Moyen-Age. Pornic était à l’honneur avec une approche archéologique du château et de la ville aux XIIIe-XVe siècles par Jocelyn Martineau et un complément d’analyse de Bernard Michon, sur le projet du canal de Pornic à Nantes par le marquis de Brie-Serrant. Peintres et architectures balnéaires ont été évoqués par Agathe Aoustin, Hubert Hervouet, Véronique Mathot, Laurent Delpire. La question des campagnes de l’arrière-pays pornicais a été présentée lors d’une intéressante étude de Brice Rabot sur les prélèvements seigneuriaux. Enfin au-delà de la Loire, la question des transformations paysagères du littoral, thème d’étude d’année, a pu être traité au-travers de l’évolution des zones humides ; de l’anthropisation du littoral dans le cadre de l’élevage conchylicole ; des études archéologiques ; de la problématique de l’urbanisation ; de projets immobiliers passés, avec en corollaire un retour sur la construction juridique des paysages littoraux depuis 1906, ceci sous la conduite de brillants intervenants, Alain Gallicé et Gildas Buron, Olivier Levasseur, Catherine Moreau et Alex Levillayer, Johann Vincent et les professeurs Daniel Le Couëdic et Patrick Le Louarn.

Il revenait à deux Pornicais, Dominique Pierrelée et Jean-François Caraës de clore les deux jours d’étude par un vaste panorama de l’histoire de Pornic, pertinemment illustré. Enfin, le samedi, les excursions nous ont emmenés vers le manoir de la Touche-Limouzinière et l’abbatiale de St Philbert avec les professeurs Michaël Jones et Daniel Prigent ; puis direction, le château de Machecoul où nous avons déjeuné, accueilis par Bernard et Béatrice de Grandmaison avant de rejoindre les Moutiers et Prigny pour une étude de Patrick Pipaud et Christian Davy sur les six retables locaux.

Ajouter un commentaire